Logo ufficiale del Progetto Parco Nazionale del LocarneseLogo ufficiale di Candidato Progetto Parco Nazionale
 
 
 

Curiosité

La JOËLETTE arrive au Tessin

Opportunité de randonnée pour tous

Article de Claudia Banfi

 

La joëlette est un fauteuil muni de brancards, mono-roue, qui permet aux personnes à mobilité réduite de pratiquer la randonnée. Ce moyen convient à des personnes handicapés, adultes, enfants, personnes âgés même avec des problèmes importants (myopie, sclérose en plaques, tétraplégie) mais aussi simplement à des personnes qui alternent la marche à des moments de repos. Avec l’aide indispensable de trois accompagnateurs, grâce à la Joëlette on peut accéder à des lieux, des territoires et des expériences qui jusqu’à présent étaient inaccessibles, en étendant la carte des opportunités.

 

Originaire d’Afrique: les Pères blancs commencèrent à utiliser une chaise à porteurs muni de roue en 1868  par l’entremise du cardinal Lavigerie (1825-1892) archevêque d’Alger.

L’alpiniste français Joël Claudel en 1987, suite à la myopie contractée par son neveu eut l’idée de créer un moyen auxiliaire qui pouvait également rendre accessibles les chemins de montagne aux personnes avec des problèmes de mobilité; cette chaise particulière prit le nom de son inventeur. Un moyen diffusé dans les alpes françaises et en partie dans les alpes italiennes, la Joëlette fût introduite en Suisse romande grâce à l’association Handicap Rando. L’Association Handicap Rando est un groupe d’intérêt né d’une émanation de l’ASAM (Association Suisse des Accompagnateurs en Montagne). L’ASAM a reçu un cadeau de la Fondation Juchum pour l’achat de ses premières onze Joëlettes. L’association Handicap Rando a été formellement créée pendant l’assemblée générale constitutive du 6 décembre 2010 à Vevey.

 

Claudia Banfi, Fabio Bella et Thomas Lucas sont des accompagnateurs de randonnée de la Suisse italienne (AESI) affiliés à Handicap Rando et à l’ASAM. Ils ont suivi un cours PLUSPORT pour l’obtention du brevet de moniteurs de randonnée pour personnes handicapées. Dans ce cadre est né le projet d’apporter la Joëlette au Tessin. L’introduction de la Joëlette au Tessin a été possible grâce au projet “Un parc pour tous” du Candidat Parc National du Locarnese, soutenu par le Bureau fédéral de l’égalité pour les personnes handicapées, Egalité Handicap et la Fédération Tessinoise Intégration Handicap.

 

Les trois premières journées avec la Joëlette ont été possibles grâce à la collaboration et le financement de l’Institut Miralago de Brissago qui a donné l’opportunité à ses résidents de vivre cette nouvelle expérience en y croyant et en la finançant. Trouver des volontaires n’a pas été facile: engagés parmi les amis, la famille, les connaissances, à travers Pro Infirmis, CAS Locarno – Bellinzona – Ticino, ATGABBES, des articles dans les journaux et aussi grâce à des rencontres occasionnelles pendant les inspections des lieux. La quatrième journée a été possible grâce à la banque Crédit Agricole qui, dans le cadre d’une offre de volontariat pour ses employés, a choisi ce projet. Claudia, Fabio et Thomas sont en train de travailler ensemble car l’organisation de ces excursions est complexe, même s’il suffirait de la présence d’une des trois personnes pour une sortie avec trois Joëlettes.

 

Pour l’organisation il faut avant tout des personnes qui voient en ce moyen de locomotion l’occasion de vivre une expérience spéciale, amusante et unique. L’opportunité est de connaître des personnes et de partager des moments et des émotions différentes, apprécier les paysages et les environnements inaccessibles.

 

Il est important que les itinéraires soient adaptés, accessibles, intéressants culturellement et du point de vue de l’environnement; qu’ils aient des dénivellations minimes et qui se développent sur chemins de terre ou chemins confortables en offrant des rafraîchissements et des toilettes. Il est nécessaire d’effectuer des reconnaissances précises avec une Joëlette. Les parcours peuvent varier de très facile, à moyen et difficile, et il faut considérer les besoins, les exigences et les requêtes. En calculant les temps de parcours il faut compter au moins le double des temps de randonnée.

 

Pour chaque Joëlette il est nécessaire qu’au moins trois accompagnateurs volontaires soient présents. Une formation de deux heures est organisée pour expliquer comment on pilote une Joëlette en toute sécurité, habituellement avant l’arrivée des personnes qui l’utilisent. On assemble les Joëlettes et on explique le fonctionnement, on éclaircit les différentes tâches et on fait des essais pratiques avec un échange de rôles pour que tous soient prêts et comprennent également les fonctions des autres. Le rôle de la personne devant est de choisir par où passer, celle derrière donne le rythme en actionnant le frein et le moteur, tandis que la troisième et l’éventuelle quatrième personne aident à soulever la Joëlette dans les points difficiles, garde le contact avec la personne et se relayent. On ne demande pas de qualités particulières aux accompagnateurs; c’est au chef de groupe responsable, qui possède le brevet, d’intervenir en cas de problème ou pour corriger les positions ou l’allure. Le volontaire doit être une personne en forme physiquement, avec une bonne stabilité dans la marche, prêt à collaborer en équipe pour la journée. Chaque Joëlette au Tessin, vue la morphologie du territoire, est munie d’un moteur électrique qui peut être activé en cas de besoin. Chaque volontaire reçoit une attestation de guide de Joëlette. La chaise, à première vue, peut sembler encombrante, mais elle est complètement démontable, et elle peut être facilement chargée dans une voiture de dimensions normales.

 

L’utilisateur de la Joëlette, éventuellement un membre de la famille, le tuteur ou l’institution, sont tenus de compléter un formulaire d’inscription détaillé. Les organisateurs ont besoin de connaître sous forme discrète et confidentielle des informations afin de pouvoir organiser la journée en répondant aux exigences de chacun. En fonction des situations les organisateurs peuvent demander que la personne sur la Joëlette soit accompagnée par quelqu’un de la famille ou un éducateur ou un ami qui connait très bien les besoins et s’occupe des aspects les plus personnels.

On crée une expérience unique pour tous, l’aspect fondamental est qu’on s’amuse! On passe une journée dans le calme et la tranquillité, organisée, en profitant du paysage et des émotions avec des personnes qui autrement n’auraient pas pu s’engager dans cette expérience. On étend son réseau social et on favorise la communication, la conversation, le partage et l’expression. On développe la solidarité et on cultive les compétences interpersonnelles nécessaires afin d’établir des interactions sociales réciproques, en approfondissant la relation avec soi-même, les autres et l’environnement. On travaille sur son propre tempérament et sur la personnalité en réagissant aux différentes situations qui se présentent, en favorisant la confiance dans l’autre, en faisant face à la pression, aux moments d’urgence ou stress dû aux difficultés rencontrées sur le parcours ou dans les rapports interpersonnels. On a l’occasion de saisir de nouvelles stimulations externes et internes et de participer aux émotions. On effectue des actions simples ou complexes et coordonnées pour faire face aux moments de difficultés ou de danger en suivant les consignes. On sollicite la musculature corporelle et on fait de l’exercice physique dans la nature. On élargie les connaissances environnementales, du territoire, écologiques et biologiques à travers des expériences vécues sur le vif.

 

Ce n’est pas nécessaire de participer à une excursion guidée, les Joëlettes peuvent également être simplement louées pour effectuer des excursions individuellement. Pour cette possibilité, on demande aux accompagnateurs de suivre la préparation nécessaire pour conduire en sécurité le moyen de locomotion. L’instruction se suit une seule fois et, ensuite, une attestation est délivrée, qui est valable dans toute la Suisse.

 

Le but de Claudia, Fabio et Thomas est sûrement d’étendre les opportunités et de favoriser la pratique de la randonnée dédiée aux personnes handicapées dans notre canton. Pourtant, outre avoir créé l’association, ils travaillent en collaboration avec Handicap Rando à une publication de parcours accessibles aux Joëlettes sur tout le territoire national. A présent, ils ont identifié cinq parcours entre les régions du Locarnese, du Lucomagno et du Malcantone, et ils sont en train d’évaluer des parcours dans la région du Luganese, du Mendrisiotto et du Bellinzonese. Chaque itinéraire sera représenté sur une carte, comprenant le tracé mais aussi les différents points de repos, de rafraichissements et les toilettes. Les différents parcours seront publiés par Handicap Rando et pour ce qui concerne les tracés du Tessin, ils seront à disposition des personnes qui voudront louer les Joëlettes pour des excursions indépendantes. Ils ont choisi des parcours de différentes difficultés pour adapter les sorties aux nécessités spécifiques des personnes accompagnées: il y a des offres de parcours plutôt plats, convenant aux personnes qui ont des problématiques plutôt graves et qui doivent éviter les dénivellations ou les éventuelles secousses produites par les chemins avec des pierres et des racines, mais il y a aussi des parcours plutôt montagneux, pour ceux qui veulent accéder à des altitudes plus hautes et apprécier les paysages montagneux.

Les besoins actuels de l’AESI sont de trouver des personnes qui adhèrent au projet: des sponsors pour réaliser des journées de randonnée ouvertes à tous et engager des volontaires qui se mettent à disposition et qui puissent être contactés à l’occasion.

Les coûts pour la journée varient avec plusieurs possibilités:

Une journée classique, inclus la planification, l’accompagnement par un guide qualifié, la formation initiale, la location de trois Joëlettes et le déjeuner pour tous les participants coûte environ 800 francs.

Il y a également la possibilité de louer la Joëlette. Le coût varie entre 50 et 75 francs (avec ou sans moteur), auquel il faut ajouter l’éventuel coût collectif de 200 francs pour la formation sur place ou 500 francs si la formation est effectuée à domicile.